Melrose place

18 logements abordables autour d’un jardin avec piscine naturelle…

.

Durable = vivant.

Abordable et durable. La SERL, aménageur lancent le défi à des équipes promoteur architectes en 2013. Si, pour tenir 1000€ht/m²SDP, la réponse de Copra Rhones Alpes, Domoa et WRA, répond à « l’abordable » par un réalisme constructif désarmant, elle traite le durable avec une approche très particulière qui vise à créer un petit ensemble vivant et donc capable d’évoluer et de se régénérer dans le temps. Les maisons sont évolutives, leur décalage en plan masse permet une appropriation accrue (nouvelle couleur ou autre) qui ne nuit pas à la cohérence d’ensemble : le bâti est vivant. Les lieux le sont aussi, à commencer par le vaste jardin commun  qui encourage le lien social et sa piscine partagée qui évite la prolifération de cet équipement si coûteux et absurde dans un cadre individuel.

 

 

Maitrise d’œuvre : WRA | RACINES IAP paysagistes | Etamine, BE environnement | Procobat, économie | ITEE, BE fluides | Bastide & Bondoux, BE thermique | Cogeci, BE structure | DGFH, BE VRD

Maîtrise d’ouvrage : COPRA Rhone Alpes & DOMOA immobilier

Site : Sathonay Camps (69), ZAC Castellane, lot 7

Programme : 19 maisons « abordables et durables ».

SDP : 1800m²

Coût estimé des travaux : 1 800 000 € (HT)

Mission : complète (chantier cotraité), projet lauréat 2014.

 

 

Six mois d’échanges et de concertations animés par la SERL.

ZAC Castellane, à Sathonay, la petite ville s’étend sur le camps militaire désaffecté qui occupait toute la partie Sud de son territoire. L’aménagement est structuré en lots rectangulaires le long d’un mail centrale aux allures de champ de Mars. A l’extrémité Nord Est à l’endroit où la trame rencontre la réalité irrégulière de la limite de ZAC se trouve une parcelle pentagonale que la SERL, aménageur, décide de dédier à une opération de logements abordables et innovants. Un appel à idée est lancé, l’équipe Domoa – Copra Rhones Alpes (promoteurs) et WRA réunie par Christophe Grojean est lauréate. S’en suivent six mois d’échanges et de concertation animés par la SERL avant le dépot du PC d’un projet dont les innovation se concentrent sur la typologie des logements et l’aménagement paysager du site.

wra_sathonay_zac_castellane_lot7_ aérienne_SERL

Des logements évolutifs.

Les logements sont sobres, leur plans efficaces assurent aux acquéreurs un bon usage de chaque m² dans lequel ils investissent. Le projet  politique « logements abordables » du grand Lyon propose une aide aux acquéreurs pour les logements neuf dont le coût est inférieur à 2400 €/m². La maitrise d’ouvrage, prenant en compte la capacité d’endettement des acquéreurs potentiel, définit un prix de vente et la surface qui lui lui correspond. Les maisons sont vendues avec la surface adéquat et la plupart offrent des capacités d’évolutions à l’intérieur du volume bâti. Cela prend la forme de vides sur séjour qu’il est possible de combler pour passer du T4 au T5  ou de T5 au T6. C’est aussi la possibilité, pour certains T5 d’isoler un studio à rez de chaussée pour assouplir l’usage du logement (1 T4 et un studio sous le même toit).

Remplacer les boxes par un jardin.

La voiture est un élément incontournable du PLU et du Paysage de Sathonay. Deux véhicules par logements et une clientèle réputée attachée aux box. WRA convainc les intervenants de passer outre : les voitures resteront dehors, l’urbanisme de boxes est évité mais plus encore, en implantant quasiment tout le stationnement dans une bande inconstructible située au Nord Est le plan masse permet d’orienter la plupart des séjours au Sud Est vers un cœur d’îlot sans voiture. Cet espace, grâce à l’économie sur les boxes, est aménagé par l’agence Racines comme un jardin commun sur lequel les logements ont accès à travers des jardins privatifs.

Image

Une piscine, pour éviter pleins de piscines.

En France 7 maisons sur cent étaient équipées de piscines en 2007 (second taux au monde, premier en Europe), l’impact écologique est considérable (pollution, énergie, paysage) . A sathonay camps, à proximité immédiate du site une maison sur quatre est équipée,  sur 19 maisons on peut s’attendre à ce que quatre ou cinq des petits jardins soient remplacer par des bassins ou des bâches dans les années suivant la livraison. Promoteurs et architectes, conscients que la piscine fait partie du rêve que se font beaucoup de français à propos de maison, ont des raisons différentes de proposer cet équipement partagé. Les premiers en font un arguments de vente, les seconds trouvent là l’occasion de réunir les familles et de faire vivre le jardin commun tout en évitant le risque de prolifération. Il va sans dire que cette piscine est un bassin de nage naturel intégré à l’aménagement paysager.